Macky Sall aux assises de l’Education nationale: « Il y a problème »

0
0

Les assises de l’Education se sont ouvertes ce jeudi matin. Ce, pour trois (3) jours pour chercher des solutions aux nombreux maux qui gangrènent l’école sénégalaise. Présidant l’ouverture, le président Sall reconnait qu’il y a problème et décline son plan d’action.

« Je ne voudrais  pas que ces assises mettent encore à l’écart l’enseignement technique et la formation professionnelle. Nous avons plus de 70 % de formation littéraire et général or le nouveau paradigme, c’est d’aller plus vers l’enseignement professionnelle, technique et scientifique. Sinon, nous passerons encore à côté. Si j’osais j’allais encore dire M. le ministre, pour le moment on va faire une pause dans la construction de lycée d’enseignement général. Tous les nouveaux lycées dans un horizon au moins de trois (3) à cinq (5) ans, soient des lycées professionnels, d’enseignement technique et scientifique.

Mais évidemment la formation générale reste la base, un pays qui met autant de ressources mais qui n’arrive pas à assurer le minimum de qualité, il y a problème. Il est impératif d’accorder une importance particulière à l’alphabétisation. Je veillerais également aux daaras, un espace essentiel qui dans notre histoire et notre vécu quotidien ont joué un rôle capital dans la transmission de la connaissance. Nous avons nos propres systèmes, pourquoi nous devons les abandonner ? Nous devons nous aimer nous-mêmes. Cela doit être pris en charge à mon sens par l’école. Aussi, je veillerais particulièrement à leur formation aussi bien initiale que continue. C’est une nécessité de professionnaliser les métiers du système éducatif. Je veillerais également au respect de nos engagements sur la base du possible, sur le légitime, un consensus fort entre tous les acteurs.

Puissent ces assises ouvrir de nouveaux chantiers pour le renouveau de notre système éducatif. Je veillerai personnellement à l’application des recommandations pertinentes et consensuelles qui en seront issues. Il s’agira donc de réformer le système éducatif pour l’adapter à son époque mais surtout faire en sorte que l’espace scolaire soit convivial et pacifique pour permettre l’épanouissement de tous les enfants avides de connaissances et d’intelligences, ouverts aux comportements exemplaires.  Les véritables ruptures dans la société tirent leur intérêt de notre aptitude à transmettre à nos enfants de cette exigence intellectuelle et morale qui sont le cœur du système éducatif. Il est question de bâtir avec rigueur et constance une école de la République en phase avec nos préoccupations, une école ouverte à nos cultures, nos langues, notre histoire ». 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici