Kédougou, Saly, Dahra Djolof: le triangle du mal des activité économiques et de la délinquance

0
0

À cause de leurs potentialités et richesses naturelles, certaines zones au Sénégal sont plus criminogènes que d’autres. C’est le cas de Saly, Dahra Djolof et Kédougou, à cause respectivement du tourisme, du bétail et de l’exploitation minière. Ces trois zones sont devenues les plus écumées par les délinquants. Cette cartographie qui a été tracée par l’Agence de sécurité de proximité (Asp) qui essaie de régler la question sécuritaire de ces lieux en signant des contrats locaux de sécurité de proximité avec les collectivités locales.

Kédougou, Saly, Dahra Djolof: le triangle du mal des activité économiques et de la délinquance

L’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp) va bientôt signer des Contrats locaux de sécurité de proximité (Cls) avec 15 communes sur toute l’étendue du territoire national.

Ces collectivités territoriales ont été ciblées suite à une enquête sur la cartographie de la délinquance au Sénégal dont les localités les plus touchées sont Saly, Dahra Djolof et Kédougou. Par ailleurs, un Comité départemental de développement a été tenu en début de week-end à la mairie de Saly en présence du sous-préfet, du Directeur général de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp) et du maire de Saly avec les services concernés pour discuter des contours de ces Cls.

Endiguer la délinquance au niveau de Kédougou, Saly, Dahra Djolof 
Cette étude faite sur l’ensemble du territoire national a pour objectif d’avoir une idée précise de la situation de la délinquance au Sénégal. Selon le consultant, elle a mis en exergue certaines zones vulnérables. Pour endiguer cette délinquance au niveau de Saly-Portudal, Kédougou et Dahra Djolof, l’Asp signera des Cls avec ces collectivités locales. Le taux de prévalence de la délinquance générale est d’environ 30 % allant des agressions, des viols, des violences conjugales, rapporte le journal « Le Quotidien ».

Le diagnostic local de sécurité a permis de dire que sur un échantillonnage de 1000 ménages, plus d’une centaine de ceux-là auraient subi un acte de délinquance. Les Cls aideront à formaliser une stratégie coopérative au service d’une politique locale de sécurité, en élargissant le champ d’intervention aux acteurs non policiers.

Et à renforcer le dispositif sécuritaire sur toute l’étendue du territoire national, « 15 communes vont être concernées par la phase-pilote dont la mise en œuvre sera faite par un conseil consultatif citoyen qui va impliquer tous les acteurs locaux », a expliqué Birame Faye, le Directeur général de l’Asp.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici